December 10, 2013 ademcan No comments

[FR] L’identité

 

Fingerprint_picturesvg.png
J’ai écrit cette courte “histoire” pour ma participation au Prix de la Sorge 2013.
Merci à Yome et Yohan (le luxembourgeois) pour les corrections.

L’iDentité

« Chérie, je vais passer chez ma mère cet après-midi » s’exclama Christine.
« Fais-attention, tu ne devrais pas utiliser la iTransport si souvent, tu sais très bien que cette machine a causé des ennuis à certains de ses utilisateurs. »
Christine ne l’écouta pas en rentrant dans sa iBeauty pour se préparer de la tête aux pieds en 30 secondes. John se méfiait encore plus chaque jour qui passe de toutes ces nouvelles technologies qui avaient désormais envahi leur vie quotidienne. Il ne pouvait pas non plus trop s’en plaindre, lui qui se rendait tous les jours avec la iTransport depuis chez lui de Sophia à l’Université de Boston où il était professeur en études génétiques. Il se tourna sans trop insister vers son écran géant pour terminer son projet, allongé sur son canapé, le tout transmis aux travers des iElectrodes posées dans son cerveau.
La société Aplle, avait lancé la iTransport il y a cinq mois. Cette machine de téléportation permettait de se rendre en quelques secondes à n’importe quel endroit du globe disposant d’une autre iTransport. La technologie était basée sur la fission et la fusion des molécules composant le corps humain. Chris Temp était le chercheur qui s’occupait de ce projet au sein de la société. Il était vraiment fier de son dernier bijou. Il ne pouvait pas s’empêcher de penser à l’année 2001, l’année du séquençage du génome qui avait dû occuper pendant des années plusieurs groupes de recherche, dont le fameux Watson. Aujourd’hui, le séquençage d’un organisme entier ne prenait pas plus de 5 secondes…
Avec la iTransport les notions de frontières, pays et nationalités avaient complètement disparu. Toutes les communes étaient au moins équipées d’une machine, ce qui permettait de se rendre à des milliers de kilomètres pour passer la soirée dans un restaurant à l’autre bout du monde. Dans la très grande majorité des cas, cette machine fonctionnait parfaitement. Cependant, il est arrivé que la iTransport ne fonctionne pas comme prévu dans certaines situations. Le système de téléportation est basé sur la fission des molécules au lieu de départ et leur fusion dans des proportions et positions exactes à la destination finale. Une simple erreur de proportion ou position d’une seule molécule a été fatale pour certains de ses utilisateurs. Néanmoins le leitmotiv de la compagnie Aplle était clair «Pas de progrès sans sacrifices» même si le sacrifice devait être une vie humaine. Il restait encore certaines personnes qui ne partageaient pas cette idéologie mais elles étaient trop facilement exclues de la société et considérées comme « attardées » pour être pris au sérieux. John ne faisait pas partie de ces « attardés » mais il les comprenait bien, lui, qui avait fait des études approfondies en génétique, réalisait bien que ce n’était pas une notion à prendre à la légère. Cependant, il ne se plaignait pas trop et utilisait la iTransport assez fréquemment. Il devait d’ailleurs se rendre à Oslo la semaine prochaine car il lui serait attribué le plus grand prix en génétique pour ses travaux de recherches. Il recevra le prix Krogel en génétique. C’est en particulier de ce fait qu’il était très occupé en ce moment, il devait finaliser ses analyses et surtout préparer un discours digne de ce nom, ce qui n’était pas chose facile, lui qui ne supporte pas d’être mis sur le devant de la scène.    John sursauta. Il venait de faire un cauchemar, il se retrouvait dans les années 1990. Il vivait dans un bloc en béton et devait tout faire à la main : saisir du texte au clavier, utiliser la télécommande, ouvrir la porte, se doucher… S’il ne connaissait pas déjà toutes ces machines bizarres grâce à son arrière-arrière grand père il n’aurait jamais su à quoi elles servaient. Il aurait certainement eu l’impression de se retrouver sur une autre planète.
Christine était de retour, elle apparut toute souriante au travers de la vitre de la iTransport.
« Bonjour chérie. »
« Salut, comment va ta mère ? »
« Elle va très bien figure-toi, elle m’a annoncé qu’elle participera à la remise des prix Krogel à Oslo. »
« Je ne pense pas que ce soit raisonnable qu’elle vienne. De plus, la cérémonie de remise des prix sera retransmise en direct par hologramme. »
« Je ne vois pas ce qui te pose problème, si elle participe, c’est pour te faire plaisir. »
« Oui, mais tu sais aussi très bien qu’elle n’a jamais utilisé la iTransport et que cette machine est fortement déconseillée aux personnes âgées. »
« Ah John ! Que puis-je te dire de plus… »
John se retourna sans trop insister pour continuer son travail. Il devait terminer sa présentation le plus rapidement possible pour avoir le temps de répéter son discours. Il n’était vraiment pas doué pour parler en face d’un public, encore moins quand ce dernier était composé de grands chercheurs dont le professeur Temp.

Christine se réveilla lentement de son second sommeil, servit son café et se prépara pour sortir chercher les enfants à l’école. Christine et John avaient deux adorables filles. Ils faisaient tout pour qu’elles grandissent dans de très bonnes conditions. C’est pour cela que John tenait aussi beaucoup à son prix Krogel. Le sommeil avait été étudié en profondeur et les chercheurs découvrirent que les humains disposaient plutôt d’un sommeil polyphasique alors que la société des années 1990 les avait rendu mono-phasique. Une simple sieste de vingt minutes toutes les quatre heures suffisait largement.

John reçu un message télépathique de la part de l’un de ses collaborateurs Fredy Curck :
« John, il faut impérativement que tu me retrouves le manuscrit de thèse de ton ancien élève Greg. Je pense que celui-ci peut contenir des informations très importantes pour mener notre projet à bien. »
John et Fredy étudiaient en secret la iTransport. Ils avaient prévu de la démonter et d’analyser en détails les technologies utilisées. Le but de John étant tout d’abord d’être sûr de son utilisation saine et pourquoi pas en faire une base pour ses futures analyses. John s’empressa de se rendre au sous-sol de sa maison où il conservait encore bizarrement des versions papier de certains documents, dont le fameux manuscrit de thèse. Le papier étant très cher, et tout le monde disposant d’espaces électroniques infinis pour sauvegarder leurs documents, il était très rare de trouver encore des documents au format papier, cela va s’en dire qu’il était encore plus difficile de trouver une imprimante. John était bricoleur et avait réussi à remettre en marche une imprimante qu’il avait retrouvé dans les objets de son arrière-arrière grand-père.
Il retrouva très rapidement le manuscrit en question et s’empressa de le scanner au travers de ses lunettes pour le transmettre à Fredy. Il ne pouvait s’empêcher de se demander ce que Fredy pouvait trouver d’intéressant dans cette thèse. Il ne se souvient d’aucun résultat très important au sein de ce manuscrit qui pourrait leur permettre d’avancer dans l’analyse de la iTransport.
« Ok Fredy, voici donc le manuscrit que tu m’as demandé. Je peux savoir ce que tu cherches exactement ? »
« Pas maintenant John, il faut que je regarde cela rapidement. La cérémonie des Krogel à lieu dans moins d’une semaine. Tu imagines si nous pouvions avoir des résultats juste avant cette cérémonie ? »
« Oui effectivement ce serait une très bonne chose… »
« Papaaa, nous t’attendons pour manger ! » S’écria Sophie, la plus grande des deux filles.
« J’arrive mon amour ! Fredy, je dois y aller, tu sais que nous mangeons à table une fois par semaine, j’attends de tes nouvelles avec impatience, tiens-moi au courant dès que tu as du nouveau, salut. »

Les capsules nourrissantes étaient largement suffisantes pour permettre au corps humain de s’approprier tous les éléments nécessaires. Néanmoins, Christine et John avaient décidé qu’ils mangeraient à table une fois par semaine, même si cela semblait très archaïque.

« John, nous avons un problème… », c’était Fredy, sa voix tremblait. John ne pouvait plus le joindre mais il appris rapidement que des forces de l’ordre avaient fait irruption à son domicile et récupéré tout le matériel nécessaire à l’étude de la iTransport. La société Aplle disposant de tous les droits sur le produit, il était formellement interdit d’analyser cette machine. Toute personne essayant de comprendre son fonctionnement risquait une peine très lourde. C’était horrible, qu’allez-t-il se passer maintenant ? John essayait en vain de joindre son ami et de faire quelque chose pour le sauver. Il se rendît chez lui où la femme de Fredy était seule et désespérée. Il savait pertinemment que Fredy lui aurait laissé un message, un signe. C’était bien le cas, certains documents très importants de Fredy étaient toujours gardés dans leur boîte secrète en commun. John ne risquait pas grand-chose, leurs discours avec Fredy étaient toujours chiffrés. Il n’était pas possible pour John de laisser tomber cette affaire. Avec tous les documents il se rendît chez lui pour continuer les travaux ; il ne lui restait plus que deux jours avant la cérémonie de remise des prix Krogel.

Ces deux deniers jours, John ne respecta pas son cycle polyphasique de sommeil, il ne dormit pas du tout. En lisant les rapports de Fredy il réalisa pourquoi son ami lui avait demandé la thèse de son ancien élève. Il avait découvert une potentielle faille dans le système de la iTransport. Le court instant entre la fission et la fusion des particules composant le corps humain était le point faible de la machine. Il devait alors analyser ces ondes de très grandes amplitudes. La thèse en question correspondait tout à fait à ce qui pouvait aider John et Fredy à se faufiler au sein du mécanisme de fonctionnement de la iTransport. John s’empressa de relire la thèse de Greg et y retrouva effectivement un algorithme permettant la réception et la modification des ondes qui transportent les molécules, les mêmes utilisées dans la iTransport.
John était tout excité, en plus de recevoir le prix Krogel, il pouvait devenir le chercheur le plus reconnu de la Terre s’il arrivait à se faufiler dans le système de la iTransport. Bien sûr tout cela n’était pas sans risque. Il pourrait même tout au contraire perdre son prix Krogel, mais rien ne pouvait arrêter John. Ce projet dépassait tout ce qu’il pouvait imaginer. Il se doutait que ce système possédait une voire plusieurs failles et c’est lui qui les découvrirait.

John disposait de deux iTransports à son domicile, son salaire élevé lui permettait ce luxe. Il regroupa rapidement ses deux machines dans sa salle d’étude. Il lui fallait maintenant un cobaye, il ne pouvait pas risquer Katzy, sa chatte adorée, de plus ses filles ne le lui pardonneraient jamais s’il arrivait quoi que ce soit à Katzy. Il décida de se servir d’un simple objet et amena son imprimante avec lui. La iTransport disposait d’un système de reconnaissance et n’aurait jamais accepté de fonctionner avec un objet connu autre qu’une particule vivante, ce qui était la raison pour laquelle elle avait été créée. Un des rares objets qui ne serait pas reconnu et donc potentiellement rejeté par la iTransport était la vieille imprimante qui lui restait. C’est avec un pincement au cœur qu’il décida de l’utiliser en tant que cobaye.
Il testa donc rapidement la téléportation de l’imprimante d’une iTransport vers l’autre. Le transfert était tellement rapide qu’il n’avait pas eu le temps d’intercepter d’ondes, mais comment Fredy avait-il fait ? En relisant rapidement les rapports de Fredy il réalisa que son ami avait travaillé dans une chambre froide pour ralentir naturellement les ondes pendant le transfert. John fît de même en se rendant dans le sous-sol de sa maison. En renouvelant le transfert avec toutes les machines en place il commença à apercevoir des signaux. L’écran affichait des nombres et des lettres qui n’avaient aucun sens tel quel. Il ne savait pas trop comment s’y prendre mais les notes de Fredy allaient lui être d’une aide exceptionnelle.
Il installa rapidement l’algorithme d’identification des ondes sur l’ordinateur principal et répéta la manipulation de téléportation de son imprimante. L’écran affichait un message binaire, qui ne représentait rien aux yeux de John dans son état actuel. La section « Résultats » de la thèse de Greg contenait des informations à propos de cette séquence binaire. Il s’agissait en fait de la composition de l’imprimante. John s’arrêta. Que voulait dire la composition ? Une explication lui effleura l’esprit mais il ne voulait pas y croire. Il n’y avait qu’une seule solution pour pouvoir confirmer ses doutes, il devait essayer la machine avec un organisme vivant.
Il courut au jardin et trouva une coccinelle sur une feuille de son prunier. John ne pouvait pas faire de mal à une fourmi mais cette fois c’était pour la bonne cause, il en était excusé. Il se précipita à nouveau dans le sous-sol de sa maison et répéta la manipulation avec la coccinelle. Les séquences binaires ne s’affichaient plus sur l’écran, il ne distinguait plus rien. Il répéta la manipulation une dizaine de fois avant de voir apparaître le premier signal. Il s’agissait d’une séquence, une suite de lettre cette fois-ci, John lisait
« A, A, C, T, A, G, T…mon Dieu ! » S’exclama-t-il, « ils n’ont pas osé… »
Il s’agissait de la séquence d’ADN de la coccinelle. John pouvait facilement distinguer tous les gênes de la petite bête. Il pouvait même en déduire le phénotype de celle-ci. John était ébahi, l’ADN, le code génétique était la dernière identité qu’il restait aux personnes. Plus rien n’était secret, les informations personnelles, le groupe sanguin, les empreintes digitales… il ne restait plus que l’ADN… mais cela n’était plus vrai désormais. John était persuadé que la iTransport utilisait uniquement les informations des molécules pour effectuer les réactions de fission et fusion. Il ne se doutait pas une seule seconde que tout le corps était scanné jusqu’au détail près du code génétique. En analysant en détails les données transmises il réalisa un lien vers une adresse internet : iDbD, il s’agissait certainement de la base de données où toutes les séquences étaient stockées.
John s’assis, il était tétanisé, il ne lui restait plus rien, il ne restait plus rien de l’humanité. La découverte qu’il venait de faire était une charge trop lourde pour lui. La cérémonie de remises des prix Krogel avait lieu dans moins de deux heures, qu’allait-il faire ?…

Image source : Fingerprint – wikimedia

Source: New feed

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *